Droits des homosexuels au Liban

Droits des homosexuels au Liban

https://www.youtube.com/watch?v=undefined

Bars gays au Liban

La scène gay de Beyrouth a émergé en 1998 avec Acid, un club de danse gay désormais légendaire. Il a fermé ses portes en 2010 mais son héritage continue d’influencer la culture queer. C’était un endroit où les homosexuels, pour la plupart des hommes, pouvaient s’embrasser dans un lieu public d’un pays arabe.

Le bar gay le plus ancien de Beyrouth est le Bardo, un bar qui ne déparerait pas dans l’Est de Londres ou à Hell’s Kitchen. Le Bardo attire une clientèle jeune et branchée. Vous verrez des gens bien habillés boire et manger de la nourriture hipster (bœuf wasabi-lime, halloumi, etc.). La nuit, cela devient plutôt un lieu de fête.

Posh est le plus grand club gay du monde arabe. Bien qu’il s’adresse à une clientèle mixte, la plupart des clients sont gays. Attendez-vous à de la rave, du R’n’B et de la techno. C’est une grande salle avec un système de sonorisation ultramoderne, une boule disco et des danseurs go-go légèrement vêtus. C’est le genre de club gay que l’on pourrait voir dans une grande ville occidentale. La seule différence est la politique « pas de baisers ». Si vous discutez avec une bombasse, vous devrez obtenir son numéro et le sauvegarder pour plus tard (« appelle-moi peut-être »). La politique est de protéger le club des descentes de police. À mesure qu’un lieu gay gagne en visibilité, il devient une cible potentielle. Le fait que les espaces gay se développent à Beyrouth montre que les choses sont en train de changer. La politique du « non-embrassement » pourrait bien être abolie dans un avenir pas trop lointain.

Culture gay au Liban

Le groupe indépendant libanais Mashrou’ Leila est devenu une star majeure au cours de la dernière décennie. Il s’agit sans doute du groupe de langue arabe le plus en vue à l’heure actuelle. Le chanteur rêveur Hamed Sinno est ouvertement gay. Comme Sinno l’a souligné, il existe de nombreux libéraux dans la région. Lors des concerts de Mashrou’ Leila au Liban, vous verrez des fans gays dans le public brandissant des drapeaux arc-en-ciel.

Dans les jours lointains de l’Empire ottoman, l’Occident considérait l’Orient comme plus décadent et sexuellement permissif. Sherbert et la sodomie étaient, selon la littérature orientaliste, les passe-temps préférés du sultan. On disait que les dames des harems étaient si insatiables que les cuisiniers ne leur servaient pas de concombres non coupés, de peur qu’elles… tu utilises juste ton imagination, chérie.

Aujourd’hui, l’Orient perçoit l’Occident comme le foyer de la société permissive. Les choses changent. Le pendule tourne… Vous pensez toujours aux concombres, n’est-ce pas ?

Mashrou' Leïla

Les voyageurs gays sont-ils en sécurité au Liban ?

La mise en œuvre continue des lois coloniales françaises signifie que voyager au Liban comportera toujours un élément de risque pour les voyageurs LGBT+. Des hommes homosexuels ont signalé que leurs téléphones avaient été fouillés à des points de contrôle de routine, ce qui s’est souvent soldé par des arrestations et des passages à tabac pour avoir utilisé des applications de rencontres gay telles que Grindr. Le ministère libanais des Télécommunications a banni Grindr de plusieurs réseaux de données libanais.

Il existe des façons de le faire. Les outils numériques comme Tor permettent une navigation anonyme sur Internet. WhatsApp dispose d’un cryptage de bout en bout sur tous ses messages, et des mesures de sécurité numérique de base telles que le verrouillage de l’écran sont toutes essentielles pour les voyageurs gays et les habitants du Liban.

Droits des homosexuels au Liban

Vous trouverez une scène gay dynamique à Beyrouth, mais la discrétion est de mise. La politique « pas de baisers » chez Posh reflète la tension que vivent les homosexuels au Liban. Posh est un super club gay et il est toujours plein le week-end, mais la direction garde les choses secrètes pour apaiser les autorités. La culture gay est là mais elle est cachée, comme elle l’était en Occident jusqu’à récemment.

C’est Lord Byron qui a parlé des « palais de marbre du sorbet et de la sodomie » dans l’Empire ottoman. Les choses ont changé auparavant et elles changeront encore. Mais pour l’instant, restez discret et tout ira bien.



Vous aimez ou pas cette Gay Pride?

Poursuivez votre Gay Pride en ajoutant votre commentaire!

Soyez de la fête!
Ajouter votre commentaire concernant cette Gay Pride!

Soyez le premier à débuter la conversation!.

Only registered users can comment.