20 films LGBTQ+ que vous n’avez probablement pas vus

20 films LGBTQ+ que vous n’avez probablement pas vus

Parce qu’il y a tellement de cinéma queer inexploité…

Libération de Wolfe ; Paramount+ ; Productions de Tolède

Les films LGBTQ+ populaires et acclamés par la critique sont excellents, mais le monde du cinéma queer a bien plus à offrir aux téléspectateurs que les films populaires dont tout le monde parle. Nous sommes heureux que ceux-ci existent, et nous sommes heureux qu’ils commencent également à remporter (ou du moins à être nominés) certains prix.

Cela dit, voici 20 autres films sous-reconnus que vous avez peut-être vu ou non – mais vous devriez absolument le faire !

Manger avec moi (2014)

Libération de Wolfe

Mange avec moi est une histoire réconfortante sur l’amour et la famille. Le chef Elliot (Teddy Chen Culver) fait face à la fermeture de son restaurant chinois, ce qui met également un frein à ses tentatives de tomber amoureux du chef Ian (Aidan Bristow). Il bouscule également une relation tendue avec sa mère, Emma (Sharon Omi), alors que les deux vivent à nouveau ensemble après son emménagement. Ce film a beaucoup de joie à parcourir, ce qui peut être un peu plus rare dans les films LGBTQ+, donc c’est un vêtement à enfiler si vous avez besoin d’être de bonne humeur.

Le Pass (2016)

Productions de Tolède

Le Pass étoiles RegarderRussel Tovey dans le rôle d’un footballeur professionnel enfermé nommé Jason qui tombe amoureux de l’un de ses coéquipiers, Ade (Arinzé Kene). Le film dépeint leur relation au fil des années et présente également les deux acteurs torse nu, donc c’est toujours un bon moment. Tovey a également révisé le rôle après l’avoir créé pour la pièce au Royal Court Theatre en 2014.

Ma belle laverie (1985)

Images principales/Classiques d’Orion

Ma belle laverie est une comédie dramatique britannique des années 80 qui suit un jeune Pakistanais, Omar (Gordon Warnecke), qui reprend une laverie avec son ami Johnny (Daniel Day-Lewis). Leur relation, au fur et à mesure que le film se poursuit, était poignante, opportune et nécessaire. Tous deux sont entourés de violence, de préjugés et de divisions culturelles, qui se sont poursuivis dans le monde réel après la sortie du film.

Trois mois (2022)

Paramount+

Dans Trois mois, le chanteur Troye Sivan incarne Caleb, qui découvre qu’il a été exposé au VIH. Pendant la période d’attente de trois mois en attendant ses résultats, il se connecte avec Estha (Viviek Kalra), qui attend également les mêmes résultats. Ils se lient face à la situation et rejoignent un groupe de soutien qui donne à Caleb en particulier tout ce dont il a besoin. Bien qu’il aborde des problèmes très réels et actuels, il le fait avec espoir et tact.

Bord de dix-sept (1998)

Divertissement STX

Fabriqué dans les années 90 mais situé dans les années 80, Bord de dix-sept suit Eric (Chris Stafford), un adolescent de l’Ohio travaillant dans un parc à thème pendant l’été, alors qu’il tombe amoureux d’un garçon nommé Rod (Andersen Gabrych). Au fur et à mesure que son béguin se renforce, Eric s’éloigne d’abord des frontières de la mode et explore les bars gays tout en se faisant des amis queer en cours de route. Bien qu’il s’agisse d’un regard assez sincère sur ce que cela signifie de sortir, ce n’est pas un film pleinement heureux. C’était révolutionnaire à sa sortie, et c’est un film qui n’a toujours pas reçu tout l’éclat qu’il mérite.

Olivia (1951)

Olivia raconte les malheurs tragiques de la pédagogie érotique vus à travers les yeux d’Olivia, seize ans, et de sa directrice bien-aimée, Mademoiselle Julie. Adapté d’un roman de Dorothy Bussy, le film est considéré comme un jalon dans la représentation lesbienne, inspirant les maisons de disques éponymes et les compagnies de croisières lesbiennes.

Maurice (1987)

Basé sur le roman d’EM Forster du même nom, Maurice suit l’histoire de Maurice Hall (James Wilby) depuis ses années d’écolier jusqu’à l’université. A l’université, il noue une amitié avec Clive Durham (Hugh Grant) qui débouche sur une histoire d’amour intense mais interdite.

Orlando (1992)

Si vous aimez l’esthétique du XVIe siècle, la poésie et l’histoire britannique, alors Orlando est le film qu’il vous faut. Bénéficiant de la vie éternelle par la reine Elizabeth I, le noble Orlando transcende nos limites perçues en matière de temps, d’espace et de sexe pour vivre une vie aussi épanouissante que chacun d’entre nous pourrait l’imaginer.

Le monde invisible (2007)

Situé dans l’Afrique du Sud des années 1950, Le monde invisible met en lumière les tabous de l’époque : l’amour lesbien, les relations interraciales et les maris flirteurs. Le film est magnifiquement tourné et joué, et les actrices principales ont une alchimie à tomber par terre.

Sous sa bouche (2016)

Une femme est fiancée à son petit ami de longue date et l’autre joue à un dangereux jeu de séduction. Ensemble, ils créent une sorte de version alternative de Le bleu est la couleur la plus chaude...mais avec des scènes d’amour plus intéressantes.

Jeunes filles en uniforme (1958)

Ce joyau rare d’un film suit Manuela von Meinhardis (Romy Schneider) alors qu’elle navigue dans les premières étincelles d’amour adolescente dans un internat. Les yeux rivés sur son professeur Fraulein von Bernburg (Lilli Palmer), Manuela fait des ouvertures romantiques aux conséquences pas si souhaitables.

PS Il s’agit d’un remake d’un film de 1931 qui est désormais salué comme le premier film « pro-lesbien » jamais réalisé. Mais ne le négligez pas : les performances et la cinématographie sont superbes !

La faim (1983)

Si tu n’as pas vu La faim, tu fais du cinéma queer complètement faux. Tout d’abord, David Bowie incarne un vampire très sexy et cela seul devrait suffire à séduire certains téléspectateurs. Si ce n’est pas votre truc, ne vous inquiétez pas : Catherine Deneuve et Susan Sarandon incarnent des vampires tout aussi sexy qui aiment (et se battent) jusqu’à la mort pour la vie éternelle.

Portrait d’un mariage (1990)

Préparez-vous à un tourbillon de romance, de chagrin d’amour et de mode du début du 20e siècle dans Portrait d’un mariage. La toujours admirable Janet McTeer se lance dans le rôle de la vraie Vita Sackville-West qui a défié les normes sociales de l’époque en s’éloignant de son mari gay pour être avec son amie d’enfance et véritable amour, Violet Keppel.

8Femmes (2002)

Celui de François Ozon 8 femmes est rempli à ras bord du glamour, de la comédie, de la musique et d’incroyables talents français des années 50. La comédie musicale colorée présente des noms comme Catherine Deneuve, Fanny Ardant et Isabelle Huppert et un scénario queer très intéressant qui se termine par une séance de maquillage luxuriante.

Garçon manqué (2011)

Ce film très émouvant suit une famille qui emménage dans un nouveau quartier avec son garçon manqué Laure, 10 ans. En rencontrant les autres enfants du quartier, Laure se présente sous le nom de Mikael, au grand dam de ses parents. Il s’ensuit un voyage de découverte de soi qui touche profondément le public.

Perdre Chase (1996)

Dans ce film de 1996, Helen Mirren incarne Chase, une épouse et mère malade piégée par les attentes sociales de ses amis étouffants de Martha’s Vineyard. Lorsque son mari engage une aide-mère nommée Elisabeth (Kyra Sedgwick) pour garder les enfants en ligne pendant son absence, Chase, d’âge moyen, tombe durement et rapidement.

Albert Nobbs (2011)

Glenn Close joue le rôle titre dans ce film de 2011 sur une femme qui se fait passer pour un homme pour travailler et survivre dans l’Irlande de la fin du XIXe siècle. Lorsqu’elle rencontre et tombe amoureuse d’une femme nommée Helen (Mia Wasikowska), son monde entier tel qu’elle le connaît s’effondre.

La Belle Saison (2015)

La fille d’un agriculteur conservateur et un professeur d’espagnol percutant tombent amoureux dans ce beau film français. Cécile De France et Izïa Higelin livrent deux performances puissantes. Un incontournable !

3 générations (2015)

Cette comédie dramatique générationnelle est centrée sur l’adolescent Ray (Elle Fanning) qui a finalement obtenu le feu vert pour passer de femme à homme. Avec le soutien de sa mère (Naomi Watts) et de sa grand-mère (Susan Sarandon), Ray a tout ce dont il a besoin pour vivre la vie qu’il est censé vivre, à l’exception d’une chose : le consentement légal de son père biologique.

Vier Minuten (2006)

Dans Vier Minuten, une professeur de piano âgée à la lèvre supérieure raide prend une jeune détenue sous son aile et la forme à un concours classique. Alors que les deux tentent de mettre leurs différences de côté, une étrange attirance se développe et ils commencent à comprendre qu’ils ne sont peut-être pas si différents après tout.

C’est un film vraiment rare, difficile à trouver mais incroyable à regarder. Alors, si vous pouvez mettre la main dessus, rendez-vous service et consacrez-y du temps !



Vous aimez ou pas cette Gay Pride?

Poursuivez votre Gay Pride en ajoutant votre commentaire!

Soyez de la fête!
Ajouter votre commentaire concernant cette Gay Pride!

Soyez le premier à débuter la conversation!.

Only registered users can comment.